Les premiers Albertivillariens du centre commercial Le Millénaire

C’était ou eux, ou nous », expliquent les frères Langlois, Patrick et Pascal, premiers commerçants albertivillariens à avoir loué un espace dans le futur centre commercial Le Millénaire.

« Eux », ce sont les Décathlon, Go sport et autres poids lourds de la vente d’articles de sport.
« Nous », le magasin Marmon Sports installé avenue Jean Jaurès. Petit indépendant face aux géants de la grande distribution.
Petit, mais costaud ! Leur future boutique devrait occuper 1 650 m2.
« Notre chiffre d’affaires a toujours progressé et atteint à présent 2,2 millions », constatent les deux frères qui gèrent le magasin hérité de leur père.

Une affaire et un esprit de famille

C’est en 1964 que Roland Langlois rachète à MM. Marchal et Moncelli (d’où Mar- Mon…) leur boutique des Quatre-Chemins. Un petit coup de pouce des vendeurs marquera le départ d’un beau succès commercial.
En près de 50 ans, Marmon Sports est devenu un nom et une institution de la ville.
On y habille toute la famille et pas seulement pour aller au stade ou au gymnase.
« Notre gamme comprend beaucoup de street wear, du life style », détaille Pascal. En français, des vêtements confortables, mais élégants.
Et des marques : Lacoste, Timberland, Levi’s, etc.

L’aîné, Patrick, assure la vente, pendant que Pascal s’occupe de la gestion et des négociations qu’il faut mener à chaque nouvelle collection.
Outre les patrons, souvent sur place, neuf vendeurs(ses), dont le fils de Patrick, soignent la clientèle, façon Marmon : le ton est détendu, l’ambiance conviviale et le service au client irréprochable.
« On a une clientèle très variée, qui a envie de consommer des marques.
Des jeunes, des parents, on voit beaucoup de landaus ! »

En cette rentrée, Toufik, qui « n’achète qu’ici », hésite entre pull et pantalon, puis se décide pour les deux.
« Je ne vais pas réfléchir trop longtemps, ce n’est pas une affaire d’Etat ».
« J’ai attendu d’être de retour de vacances pour le prendre chez Marmon », confie à Laetitia, la vendeuse, cette retraitée qui vient chercher ici les polos au crocodile vert que porte son fils.

Si pendant longtemps les frères ont pu travailler en alternance, le rythme risque de s’accélérer avec l’ouverture du second magasin au Millénaire.
Avec une surface triplée, l’embauche de 20 vendeurs(ses) et un loyer « plus qu’élevé », c’est une autre histoire qui commence.
« Une folie », confie Patrick qui compte, entre autres, sur l’aide de sa nièce, contrôleur de gestion, pour l’épauler dans cette nouvelle aventure…
Affaire (familiale) à suivre donc.

Revue de Presse |